Parce que Sookie le vaut bien :op

 

True_Blood_haut5Cycle « La communauté du Sud »
Romances paranormales

Me voilà bit-litée ! Et il a fallut que j’attende d’avoir 38 ans !

J’aime beaucoup le cycle « La communauté du Sud » de Charlaine Harris, que Cécile (entre autres) n’a pas aimée. Effet « premier amour » peut-être…

Sookie, télépathe nunuche et non moins barmaid du fin fond de la Louisiane, voit sa vie basculer le jour où Bill, vampire ténébreux de son état, franchit la porte de « chez Merlotte », le bar de Bon Temps, qui fait aussi vaguement restaurant… (Ça c’est du pitch Coco !) Les vampires ont fait leur coming-out, profitant d’une découverte d’un laboratoire japonais qui a créé un sang synthétique pour vivre au grand jour (où plutôt en pleine nuit d’ailleurs). Mais Sookie découvrira au fur et à mesure de ses aventures que ce ne sont pas les seules créatures surnaturelles (ou Cess) à avoir caché leur existence… Bienvenue aux loups-garous, aux panthères-garous, changelings et aux fäes…

Sookie est l’anti-héroïne par excellence. On fait connaissance avec une victime : victime du moletage par son oncle dans son enfance, victime de sa télépathie qu’elle ne contrôle pas (encore) et qui l’oblige à subir les assauts des pensées des gens qui l’entourent… Elle n’a pas pu faire d’études à cause de ce bruit incessant dans sa tête, tout le monde la croit cinglée…. Elle n’aspire qu’à une chose, une vie normale et pépère (ce qui dans un état comme la Louisiane se résume assez à petit mari, petite maison, enfants et vie de femme au foyer).

Mais les vampires ont révélé leur existence. Et en voilà un qui franchit la porte du bar de Bon Temps, bled s’il en faut de la Louisiane. Evidemment il est beau, mystérieux, tout ça tout ça…. Mais ce qui intéresse Sookie c’est avant tout qu’elle rencontre enfin quelqu’un d’aussi anormal qu’elle, ce qui va peut-être briser sa solitude. Bien sûr ils s’aimeront, et bien sûr ça va être compliqué… mais comme je n’ai pas envie de vous spoiler, je ne vais pas développer plus l’intrigue, surtout que j’ai les dix tomes en tête :p

Sookie peut paraitre exaspérante. Dans le tome 1, elle est nunuche, totalement complexée par son don de télépathie, et rapidement traumatisée par un meurtre. Attirée par la différence de Bill, elle tombe sur un autre monde, celui des vampires et des Cess dont elle ne maitrise pas les codes et ne devine pas l’ampleur. Et la politique chez les Cess, ce n’est pas un champ de rose. Les vampires ont l’éternité pour essayer de se trucider entre eux, les garous luttent pour établir leurs territoires, et quand les sorciers se mettent de la partie, les morts tombent en cascade…

Au fur et à mesure de ses aventures, elle s’approprie ce nouvel univers, développe ses compétences télépathiques, et s’il elle ne devient pas Einstein, se monte bien plus maligne que sa blondeur, son obsession du bronzage et son 95 bonnet C ne laisse le soupçonner. Elle s’endurcit tout en essayant de rester humaine parmi les Cess. Son optimisme lui permet de faire face aux épreuves (elle s’en prend plein la figure à longueur de tome la pauvre). Elle se bat pour rester indépendante malgré ses liens de sang vampiresques, ses allégeances à une meute de loups-garous, et ses amours avec Bill et les autres. Parce que Sookie a une vie amoureuse compliquée (forcément). Ici entrent en scène les « potentiels masculins » (ingrédient indispensable, si si si). Mention particulière à Eric, vampire viking cynique et arrogant, aux yeux bleus lapis-lazuli et aux cheveux blondeur de neige (voui je suis scandivophile), ironique, froid, mais chaud comme la braise (si si, il peut faire le chaud-froid).

Si le premier tome de la série est sûrement le plus faible, comme je les ai lu à la suite, je me suis attachée à cette héroïne qui ne cherche vraiment pas à en devenir une, mais qui préfère se coltiner à ce qui lui arrive plutôt que se laisser balloter par les évènements. L’auteur s’amuse avec Sookie, lui donnant un regard décalé et ironique sur sa propre personne et sur ses péripéties. Il y a des passages franchement drôles.

Et puis mine de rien, même si le ton de l’histoire est léger, Charlaine Harris parle dans cette série de sujets un peu plus profonds qu’il n’y parait : il y a un parallèle entre la lutte des vampires pour faire reconnaitre leurs droits civiques et celle des homosexuels aux Etats-Unis, la critique des groupes religieux radicaux, l’évocation du terrorisme intérieur… (Thèmes largement plus développés dans la série télévisée « True Blood », mais j’y reviendrai sûrement dans un prochain article)

Ah oui, dernière chose : je l’avais déjà constaté avec mes séries télévisées préférées, la VO, c’est souvent bien meilleur que la traduction en français….D’autant plus que la première traduction n’a pas respecté les prénoms des personnages donnés par Charlaine Harris, ce qui a été rectifié lors de la réédition, succès de la série télévisée oblige, mais reste franchement désagréable quand on passe d’une version à l’autre des traductions, et qui en dit long sur le respect de l’oeuvre initiale par la maison d’édition…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s