La conquête

19725453.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110427_101523« Ceci est un œuvre de fiction ». C’est peut ou prou l’avertissement qui apparait avant le début du film.
Oui mais… C’est Patrick Rotman, historien spécialisé en histoire contemporaine et documentariste, qui a écrit le scénario. Donc si on imagine bien que les scènes privées ont été imaginées, elles se basent sur des choses qui ont été récoltées pour être au plus juste de la réalité…

Il s’agit donc de l’histoire de N.S., homme politique, de la droite française, qui a l’ambition d’être un jour président. Il est épaulé de la femme qu’il adore, C.S., très engagée dans la carrière politique de son mari, qui l’épaule et lui sert de conseiller. S’entrecroisent des images de N.S. le jour de l’élection présidentielle, seul, essayant désespérément de contacter sa femme au téléphone, avec le parcours de N.S., du rôle de ministre à celui de président de son parti puis à celui de prétendant au poste de président de la République Française. On suit la déliquescence de ce couple au début très soudé, parce qu’elle rencontre le nouvel homme de sa vie, trois ans avant l’élection présidentielle. On voit N.S. ramer pour reconquérir sa femme, un élément supplémentaire dans ses ambitions politiques, réussir pour la ramener auprès de lui, lui offrir le palais de l’Elysée.
On assiste aux démêlés de N.S. avec le président de la république, J.C., passages pleins de bons mots où il semble que le président ne prend pas la mesure de l’ambition de N.S., contrairement à sa femme, B.C., qui soutient activement son poulain politique.
On assiste à la guerre larvée de N.S. avec D. de V., opposant politique du même bord, premier ministre, pleine de coups bas et d’hypocrite amitié.

Sous-tendu par une musique de cirque, le film montre tous les tours et détours pour réussir en politique, tout en permettant de porter un regard ironique sur ce qui se passe. Il y a un côté fascinant à voir comment se construit l’image d’un personnage politique, mais aussi ses discours, son programme, comment se comportent les fidèles, les traitres et les ennemis.

Ce film m’a plu, parce que je n’avais pas la chronologie en tête (je me suis même demandée si je n’avais pas passé quelques années dans un trou noir lol) et que le décryptage de la politique politicienne vaut le détour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s