Would you like some sweets?

leavingLeaving Paradise & Return to Paradise.
Simone Elkeles.

Alors peut-être vous laisserez-vous tenter par ces deux livres. Je le dis haut et fort, cette chronique reçoit les labels:

LUENVOcoeur-artichaut-copie-1

J’avais déjà beaucoup aimé Perfect chemistry et vous en avait parlé il y a quelques temps. J’ai eu envie de récidiver dans la lecture des œuvres de Simone Elkeles. Et cette fois-ci, je les ai lus en anglais ! Je n’ai eu aucune difficulté à le faire (et pourtant quand on connait mon blocage pour la langue de Shakespeare), à part les passages de parlé « djeuns » que j’ai pu traduire haut la main grâce à cet outil que je vous recommande : urban dictionary.

L’histoire, me direz-vous ? Une histoire d’amour bien sûr, fondante, sucrée comme les pies américaines.
Paradise, petite ville de l’Illinois. Caleb a 17 ans. Il sort d’une maison de correction dans laquelle il vient de passer une année. Maggie a elle aussi 17 ans. Elle sort de l’hôpital où elle a passé un an.
Les liens entre ses deux là ? Ils sont voisins, il est le frère de Leah, la meilleure amie de Maggie, et il est à l’origine de l’accident qui a manqué de coûter la vie à Maggie. Soûl, il l’a renversé une nuit et s’est enfui. Pour ces deux là, l’accident a les mêmes conséquences : une famille bouleversée, une vie qui ne sera plus jamais la même, la béance qu’a créée chez eux cette année de non-vie.
Là où cette terrible aventure aurait dû les dresser l’un contre l’autre, voilà que…. Ce rapprochement entre eux se créera doucement, alors qu’ils réalisent à leurs sorties respectives à quel point ils ne sont plus en adéquation avec ce qui les entourait un an auparavant, que la solitude est leur seule compagne, et qu’ils doivent se construire un avenir bien différent de tout ce qu’ils avaient imaginer.
Mais tomber amoureux, est-ce vraiment possible quand on a dans la barque un poids tel que la responsabilité/les conséquences d’un tel accident ? Et cette histoire est-elle aussi simple qu’il y parait ?

La force de S. Elkeles réside encore une fois dans son parti-pris littéraire. Les chapitres sont courts, alternent les réflexions, les points de vue et le récit de l’un et de l’autre. Doucement, on apprend à les connaitre et à les apprécier. Les personnages sont tous attachants, en nuances. Par le quotidien, l’auteur nous permet d’entrer dans leur sphère intime en toute simplicité. On les côtoie à un moment de leur vie où ils ont du mal à faire le deuil de leur adolescence et doivent devenir des adultes.
La fin du tome 1 vous déchire le cœur. Là, une seule option possible : avoir le deuxième sous la main car, oui, vous le savez déjà, le tome 2 existe !

Publicités

Bal de givre à New-York

51jgue4mSwL._SL500_AA300_Je vous le dit tout de suite, j’ai aimé.
Par contre, je trouve que ce livre est difficile à chroniquer. Pour ne pas en dévoiler trop.
Une seule certitude : ne craquez pas et n’allez pas lire les dernières pages du livre, ce serait du gâchis 🙂
Anna vient d’avoir un accident de voiture. Elle a perdu conscience. Quand elle ouvre les yeux, elle est couvée du regard par un magnifique jeune homme blond, aux yeux bleu glacier. Il se trouve que physiquement, elle n’a rien, et refuse de se laisser conduire à l’hôpital. Mais elle a perdu la mémoire… Ou plutôt des pans de sa mémoire.
Voici pour les premières pages. C’est sur l’impression qu’on va lire une histoire déjà vue, le beau gosse mystérieux qui doit cacher quelque chose, l’histoire d’amour entre l’héroïne et le beau gosse qu’on aborde le roman.
Mais très vite, on sent que l’on s’est trompé. Et comment…
Je n’ai pas envie de vous en dire plus, à part que le kaléidoscope à travers lequel on a l’impression de voyager parle du blanc, du bleu, d’architecture, du manque, des zones d’absences, du mot qui ne se prononce pas, d’Anna, du Masque, de Wynter, de Shakespeare…
L’écriture est fluide, précise, nette. Pas de grandes phrases, des mots choisis, un langage soutenu mais simple… au service d’une histoire impressionniste.
Je me suis fait embarquée, j’ai appris un mot (coruscante, je vous laisse chercher 😛 ).
Et je me suis fait cueillir par un final auquel je ne me suis pas attendue, et qui j’avoue, m’a mis un coup au cœur.

Post pour dire que je ne comprends pas l’engouement pour…

9782012012950Twilight. Que j’ai enfin vu et lu. Bon j’ai pas détesté non plus, mais franchement, j’aurais pu rester dans l’ignorance de ce que c’était.
Je ne vais pas raconter l’histoire, il parait que tout le monde connait. Je vais vous dire pourquoi j’ai pas aimé.
– Je trouve Bella nian nian
– Edward me semble fallot. Un vampire aussi peu ténébreux,torturé que ça, sans passé un poil sulfureux… Il fait vraiment premier de la classe
– Faire trois tomes pour en arriver au quatrième où là il se passe un peu quelque chose ça fait long.
Un truc que j’ai aimé? La couverture du tome 2, parce que la tulipe perroquet est ma préférée!