Chasseuse de la nuit – Jeaniene Frost

54653278_pCe soir, j’ai décidé de vous parler d’une relecture. J’avais adoré la première, j’ai tout autant aimé la seconde.il faut dire que ce livre fait parte de mes premiers essais de lectures vampiriques et que je voulais en faire un billet de puis un moment. J’ai donc repris livre pour le savourer encore.

Catherine Kathleen Crawfield est une jolie fille de 22 ans, rousse aux yeux gris. Et elle a un hobbie : elle tue des vampires que sa mère lui a annoncé à ce moment là qu’elle était issue d’un viol, viol perpétré par un vampire. Sa mère ne s’en ai jamais remise. Elle encourage donc sa fille dans son hobbie particulier. Cat écume donc les boites de nuits et les bars pour trouver ses victimes, qu’elle méprise et hait de ton son cœur. Ce soir là, elle tombe sur un os (jeu de mot)… un vampire bien plus vieux que ceux qu’elle a l’habitude de côtoyer, et qui la kidnappe pour lui faire avouer qui est son commanditaire. Car si Bones n’ignore rien de son passe-temps, il ne peut se résoudre à penser qu’elle agit seule. Une fois convaincu, il lui propose un marché : mourir ou devenir son élève, et son appât pour traquer les vampires coupables de meurtre d’humains. Devant un tel choix, elle accepte de vivre…

Ensemble, ils découvriront une redoutable organisation qui s’en prend aux jeunes femmes pour les vendre à des vampires à la fois pour le sang et pour le sexe. Une traite des blanches qui les conduira au cœur des arcanes du pouvoir.

De la haine à l’amour, il n’y a qu’un pas, que Cat, surnommée chaton (jeu de mot) et Bones, le vampire si séduisant, vont franchir petit à petit… il est beau avec ses cheveux blond pâle, ses yeux sombres, ses 250 ans, et sa résolution à tout épreuve…

Tout cela se finira par un choix déchirant à faire pour Cat…

J’ai adoré le bouquin. Bien écrit, l’histoire policière est bonne et l’intrigue menée à un bon rythme, ni bâclée, ni tirant en longueur. L’évolution des sentiments entre Bones et Cat est crédible. Leur couple est particulièrement attachant.

Cat est une héroïne marquée par la haine de sa mère envers les vampires, ne distinguant pas les malfaisants des autres (voui il y en a). Elle a transmis cette haine à sa fille, qui se débat avec son identité, fille née d’un viol, enfant de mère célibataire, fille d’un vampire qu’elle rêve de retrouver et tuer grâce aux dons (force, audition, vue, vitesse) qu’il lui a transmis. Vivre en haïssant une part de soi lui rend la vie impossible.

Bones est retors mais honnête, courageux, entier et pince sans rire. Fils d’une prostituée, il a vécu dans la misère londonienne de la fin du 18ème siècle. Transformé contre sa volonté, il traverse les années dans la solitude. Il se sert de son « chaton » dans la chasse aux vampires, mais se souci d’elle bien plus qu’elle ne s’en rend compte au début. Il est tombé amoureux d’elle car son courage, ses défis incessants envers lui, sa pugnacité et sa fragilité en font une femme exceptionnelle.

Ils partagent une devise : mener seulement les guerres que l’on peut gagner. Ce qui fera peut-être leur malheur…

Bref, je les aime ses deux là, et je vais relire les 4 livres qui suivent !

Rebecca Kean : Traquée et Pacte de sang – Cassandra O’Donnell

Sans-titre-5Après avoir lu pas mal de bouquins que je n’ai pas eu envie de commenter, voilà que je me régale avec une succession de lectures intenses.

 Rebecca est mère célibataire d’une fillette de 10 ans, Leonora. Rebecca a 26 ans, elle est magnifique avec ses cheveux bruns et ses yeux d’émeraude. Bon jusqu’ici, rien de palpitant.
Oui mais: elle est en fuite depuis 10 ans. Son crime ? Être ce qu’elle est, une sorcière de guerre, qui suite à un premier amour avec l’ennemi, un vampire, a eu la saugrenue malchance d’en tomber enceinte à 16 ans. Son clan l’a donc condamnée pour haute trahison, et la sentence est la peine de mort.
La voilà cachée aux Etats-Unis après avoir fuit la France, dans une petite bourgade de la Nouvelle-Angleterre, Burlington. La ville rêvée pour mener une vie paisible en donnant des cours de français à l’université. Sa meilleure amie est une loup-garou, qui l’a aidée à trouver ce poste.
Mais là encore, il y a un oui mais : cette petite ville tranquille est un point de concentration hautement élevée de créatures surnaturelles. Loup-garous, métamorphes, chamans, sorcières potionneuses, vampire et démons essayent de maintenir au sein d’un conseil, le Directum, un traité de paix fragile qui a mit fin a un conflit entre les forces de lumière et les forces obscures trois ans auparavant.
Rebecca se cachent de tous, ses pouvoirs étant bien différents : sorcière de guerre, issue d’un seul clan de son genre, elle a été élevée dans l’optique de devenir une machine de guerre froide et expéditive, grâce à la force des éléments qu’elle maitrise : air, feu, terre. Elle n’aspire qu’à être l’humaine qu’elle voudrait être, tranquille, élever sa fille qu’elle aime de tout son cœur, et surtout, surtout ne pas faire de vague.
Mais son quotidien se met à dérailler : elle est démasquée par le maitre vampire Raphaël, magnifique spécimen du genre masculin, qui s’aperçoit qu’elle est une sorcière, est draguée par un non moins beau mâle de l’espèce humaine, Mark, un collègue et est requise par le Directum pour mener une enquête sur les disparitions inquiétantes de membre de la communauté surnaturelle.
Elle se retrouve donc à accepter le poste d’Assayim, qui n’est plus ni moins que le poste d’enquêteur-bourreau du dit conseil. Déterminée à cacher l’étendue de ses pouvoirs, la particularité du métissage de sa fille, elles ‘engage corps et âme dans une enquête qui se révèlera pleine de surprise… et de rencontres.

Le style est haletant, les personnages bien campés, l’intrigue bien ficelée…
Pas de grandes scènes de sexe toutes les 10 pages à la Laurell K. Hamilton (je vous avais déjà dit que je n’avais pas aimé Anita Blake et carrément détesté Merry Gentry ? ben voilà, c’est fait). Quelques scènes un peu gore, mais pas à l’écœurement, sinon je ne les aurais pas lu.
Il faut dire que Rebecca n’a rien oublié de son passé de tueuse de démons. Déterminée, froide, capable de torturer ou de tuer sans sourciller, c’est aussi une enfant qui a vécu une enfance particulièrement dure, pour effacer toute trace d’humanité en elle. Elle apprend petit à petit à reconnaitre ses sentiments d’abord grâce au bouleversement de sa maternité, à l’amour qu’elle porte à sa fille puis à l’attachement à son amie Beth. Ce monstre au cœur froid qu’elle peut être encore est attachant.
Raphaël est beau, magnifique avec ses cheveux blond-blanc, longs, et ses yeux bleus pâles, presque blancs. Il porte le surnom de la « mort blanche », a 2500 ans et à priori plus rien d’humain. Mais avec Rebecca sur son chemin, les choses changent…
Mark est le beau ténébreux, sensuel, insistant, qui veux sa place dans la vie de Rebecca. Et il y a tous les autres, les personnages secondaires, touchants, amusant ou effrayants, tous ayant suffisamment de substance pour être intéressants.