Sorcière pour l’échafaud

harrison1bPrésentation de l’éditeur : Rachel Morgan est une jeune femme comme les autres… mais il ne faut pas se fier aux apparences : c’est une sorcière ! Après sept ans passés à chasser les criminels qui se cachent parmi les créatures de la nuit, Rachel démissionne et lance sa propre agence. Le seul problème, c’est que personne n’est censé quitter cette police très spéciale, et Rachel est aussitôt traquée par des tueurs munis d’un bel assortiment de malédictions bien vicieuses. Le seul moyen de s’en sortir ? S’associer avec une vampire envoûtante et pour le moins inquiétante…

Nous voici entrainé dans un monde qui fut décimé par une maladie, appelée l’Ange, véhiculée par des tomates transgéniques. Cette maladie foudroyante, échappée d’un laboratoire de biogénétique militaire, a décimé la population humaine et les elfes, mais n’a pas touché les Outres, autrement dit les garous, vampires, fées, pixies, leprechauns, mages et sorciers. La population surnaturelle, voyant que le nombre d’humains rescapés égalait en force celle des surnaturels, a fait son coming-out. La cohabitation humain/Outres a donc commencé. Du chaos né de l’hécatombe humaine et de ce coming-out, sont nées deux forces de police qui ont remplacé toutes celles existantes : le Bureau Fédéral de l’Outremonde (BFO, structure purement humaine qui a remplacé toutes les forces de l’ordre existant auparavant, créée pour évincer les Outres de leurs rangs, et dont l’obsession est de trouver et détruire tous les laboratoires de biogénétiques clandestins puisque la biogénétique est mis au banc) et le Service de Sécurité de l’Outremonde (SO, crée par les Outres rejetés de leurs postes des forces de l’ordre, qui de fait règle tout ce que le BFO n’arrive pas à gérer, et qui elle est obsédée par le soufre, une drogue qui détruit la cervelle de ceux qui la consomme).

Rachel Morgan est Agent du Service de Sécurité de l’Outremonde, une Coureuse comme on les appelle. C’est une sorcière de terre, une sorcière blanche. Elle a dans la vingtaine. Rousse, fraiche, spontanée, pleine d’humour, battante, grande, plate comme une limande – ce qui la mortifie – et elle cache ses taches de rousseur grâce à un charme offert par feu son papa – chacun a ses complexes.

Depuis quelque temps, elle se coltine des missions pourries et sa carrière s’en ressent. De toute façon, son chef, Denon, ne peut pas l’encadrer. Le rêve de Rachel: arrêter de travailler pour le SO. Le hic, c’est que personne ne démissionne du SO. Jamais. Enfin presque, mais le dernier Coureur qui ait démissionné a fini en puzzle sous le porche de sa maison. Il se murmure que le SO a y voir quelque chose.

Après une énième mission poubelle, Rachel craque et démissionne, persuadée qu’on ne met pas un contrat sur la tête d’un employé dont on veut se débarrasser.

Oui mais – car bien sur il y a un oui mais – sa démission entraine celle de Ivy, magnifique brune, vampire vivante de son état, meilleure Coureuse du SO, qui décide de la suivre, de s’associer, et de cohabiter avec elle. Et ça, ça met vraiment le SO en pétard, surtout Denon, qui se jure d’avoir la peau de Rachel.

Flanquée d’Ivy, qui se montre de plus en plus inquiétante – en aurait-elle après le cou de Rachel ? – et de Jenks, pixie free-lance avec qui Rachel a déjà travaillé, elle décide de réaliser un grand coup en faisant plonger un baron de la drogue pour racheter le contrat lancé sur sa tête. Tout cela en évitant tous les tueurs à gage déjà à ses trousses.

Rachel est un personnage comme je les aime ; têtue, fragile, forte, pleine d’idéaux, et bourrée d’humour.

L’action se déroule sans temps mort, trépidante, les personnages sont bien campés, avec suffisamment de zones d’ombre pour qu’on se demande ce qu’ils cachent. La relation explosive du trio Rachel-Jenks -Ivy est très intéressante. Entre Ivy qui lutte contre la soif de sang (elle a décidé de devenir abstinente trois ans auparavant) et le désir qu’elle éprouve pour Rachel, Jenks mouche du coche survitaminée toujours en train d’asticoter l’une ou l’autre, Rachel qui se défie des relations aux autres (son père lui a suffisamment seriné de se débrouiller seule dans la vie) et a peur des crocs d’Ivy, les dialogues sont souvent savoureux.

Bref, un bon moment de lecture, que je vais poursuivre avec les 8 tomes suivant, dont 4 non pas été traduits de l’anglais, mais ce n’est pas ça qui va m’arrêter ! :o)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s