Ai suru hito – Cours de séduction en 20 leçons – Yuki Yoshihara

aoiPrésentation de l’éditeur : Folle amoureuse de son professeur, monsieur Chifuyu, Sakiko se retrouve seule et à la rue quand sa mère s’enfuit en pleine nuit faute de pouvoir payer le loyer ! Prête à tout pour rester dans la fac du beau Chifuyu, Sakiko décide d’avoir recours à des méthodes radicales… Dans ce shojo à l’humour sexy, Yuki Yoshihara nous raconte les déboires sentimentaux d’une étudiante complètement déjantée mais adorable!

Ami de la poésie et de la délicatesse, passe ton chemin aujourd’hui ! C’est d’une farce burlesque et sexy dont je vais parler, avec ce qu’il faut d’humour gras et d’amoralité dedans.

Or donc, Sakiko a déclaré son amour au beau professeur Chifiyu non pas une dizaine de fois, mais mille fois, pas une de plus, pas une de moins, elle a compté. Et est encore rejetée pour la millième fois. Déprimée, elle rentre chez elle, pour apprendre par sa mère que celle-ci s’enfuit face à ses créanciers, et ne pourra donc plus payer les frais de scolarité de sa fille.

Abattue, Sakiko décide donc de gagner de l’argent, rapidement, et quelle autre activité que la prostitution pourrait lui convenir ?! Ne faisant ni une ni deux, Sakiko enfile son uniforme de lycéenne, se rend dans la rue  et tente de vendre son corps et sa virginité… et tombe sur un jeune homme qui accepte sa proposition faramineuse d’une passe à 500000 yens !

En fait, le beau Natsuo a reconnu Sakiko, célèbre dans toute l’université pour son assiduité envers le professeur Chifuyu. Sakiko accepte donc de le suivre,  mais découvre qu’elle ne connait rien de rien aux relations sexuelles, mais aussi que Natsuo est le petit frère de Chifuyu, lorsque celui-ci interrompt un baiser. Sakiko lui explique pourquoi elle en est venue à se vendre, et Chifuyu décide de lui éviter la prostitution en lui prêtant un logement voisin du sien, et en lui payant ses frais de scolarité.

Apprenant que son cher Chifuyu est marié, Sakiko décide, contre la volonté de celui-ci, de devenir sa maitresse. Son ignorance des jeux amoureux la pousse donc à avoir une idée de génie : demander des cours à Natsuo, car si celui-ci embrasse comme un dieu, il doit bien pouvoir l’instruire sur le reste ? Commence alors un triangle amoureux, où Sakiko ne rêve que de Chifuyu, Natsuo  espère séduire définitivement Sakiko, et Chifuyu tente dans un premier temps de résister à Sakiko…

 La grande force de ce manga, c’est la personnalité de Sakiko : totalement à côté de la plaque, pleine d’énergie et d’un enthousiasme délirant, totalement obsédée (ce qui change des mangas habituels car là c’est une femme qui se conduit ainsi), elle en devient attendrissante et du coup, ce triangle amoureux ne devient jamais malsain. On reste dans une franche comédie, les deux hommes étant totalement dépassés par la personnalité de Sakiko, ils ne font que suivre le mouvement en tentant de garder le peu de raison qu’il leur reste. Les effets comiques sont renforcés par le SD ai y(super déformé, je parle le mangaka lol), moi j’adore quand les personnages font une tête comme ça. Il y aussi quelques scènes épicées qui font de ce shojo un shojo mature, donc à ne pas mettre en toutes les mains.

Bref, c’est joyeux,totalement amoral, ça fini bien (c’est tout de même un shojo !) et ça fait passer un bon moment.

72838286_p

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s