Sherry Thomas – La Trilogie FitzHugh Tome 2 : Elle, et aucune autre

elle10

Présentation de l’éditeur : Millie ne s’est mariée avec Fitz que pour permettre à ce dernier de sauver sa famille de la banqueroute. En échange, elle obtient un titre de comtesse. En raison de leur jeune âge, ils vont attendre huit ans avant de consommer leur union, après ils vivront chacun de leur côté. Lorsque le moment venu pour elle de devenir réellement la femme de Fitz, l’amour d’enfance de ce dernier réapparaît.

Que cette présentation est sèche pour ce gros, gros coup de cœur! Un énième pour un livre de Sherry Thomas qui, définitivement, est un de mes auteurs de romance préférée.

Millicent Graves est la fille d’un gros industriel (il fabrique des sardines en boîte) et n’a été éduquée que dans un seul but : devenir la femme d’un aristocrate ruiné, pour permettre à son père d’accéder à un nouveau barreau de l’échelle sociale. Enfant docile, elle s’est pliée à cette éducation et au sort qu’il lui est réservé.

C’était une enfant calme et sérieuse, qui savait d’instinct que de nombreuses choses reposaient sur ses frêles épaules. […] L’amour ne faisait tout simplement pas partie de l’équation. Ses avis et goûts personnels n’entraient pas en ligne de compte. Elle n’était somme toute qu’un rouage dans cette grande machinerie qui s’était mise en route : le beau mariage.

Fiancée à 16 ans à lord Fitzhugh, Comte de son état, celui-ci a le fort mauvais goût de décéder à l’âge de 33 ans. Qu’à cela ne tienne : Monsieur Graves entame de nouvelles négociations matrimoniales avec son héritier, un cousin âgé de 19 ans. Lorsque Millie le rencontre, elle a le coup de foudre. Malheureusement, celui-ci est loin d’être réciproque: Fitz est amoureux fou d’Isabelle, son amie d’enfance, et ne contracte ce mariage que contraint et forcé par la situation financière de son comté, et par son sens du devoir envers lui.
Millie découvre par hasard cet amour fou, et anéantie, cherchant à se protéger, en vient à proposer à Fitz de ne pas consommer le mariage, et de vivre chacun sa vie de son côté. Celui-ci, soulagé, impose une durée de 8 ans à cet état de fait.
Le mariage a donc lieu entre un jeune homme désespéré de quitter sa bien-aimée, et une jeune femme brisée par l’idée que l’homme qu’elle aime et épouse en aime une autre.

Huit ans plus tard, Isabelle, veuve et mère de deux enfants, revient des Indes pour s’installer à Londres. Fitz et elle espèrent vivre ensemble. Mais avant cela, il doit mettre fin à la non consommation de son mariage et enfin produire l’héritier dont il a besoin. Il propose donc à Millie une période 6 mois pendant laquelle ils essayeront d’engendrer cet enfant, avant de se séparer…

La très grande force de ce roman, c’est le découpage entre 1888 et 1896. Un chapitre concernant un point clé de la relation entre Fitz et Millie au cours de ces années alterne avec un chapitre de la situation actuelle, et l’impact du retour d’Isabelle dans leur vie à tous deux.
Quand on retrouve Millie et Fitz en 1896, ils ont construit une solide relation amicale, empreinte d’un grand respect l’un envers l’autre. Millie n’a jamais fait part de ses sentiments à Fitz. Elle assume le retour d’Isabelle avec distinction et courage. Parle de la réunion de Fitz et d’Isabelle comme une évidence alors que ça lui déchire le cœur. Fitz lui, oscille entre culpabilité envers Millie, et bonheur de retrouver Isabelle.
On assiste dans les chapitres consacrés à la vie de couple de Millie et Fitz à la naissance de cette relation forte et amicale qui va les lier. Mariés si jeunes, et avec le sérieux handicap de deux cœurs brisés, c’est Millie qui, avec obstination et douceur, va chercher à créer du lien avec cet époux qui se noie dans son chagrin, permettre à Fitz de le dépasser. En se consacrant à la rénovation de la demeure familiale, ils se lancent dans un projet commun qui va leur permettre de se découvrir et de mieux se connaitre.
L’inscription du récit dans la durée permet, par petites touches, de s’attacher à ce couple naissant, donnant envie de piler sur place Isabelle qui vient perturber tout cela. D’un autre côté, l’amour si grand que lui porte Fitz donne (presque) envie qu’il soit enfin heureux avec elle.
L’histoire à un charme fou, est pleine de délicatesse, et la complexité de l’équation Millie/Fitz/Isabelle est très bien traitée. Millie est un personnage formidable, tout en retenue, en abnégation, en amour pour Fitz.
J’ai trépigné pendant la lecture, car le découpage sus-mentionné est aussi un moyen de maintenir un certain suspens. Comment Fitz et Millie en arrive-t-ils à devenir amis? Fitz va-t-il vraiment partir avec Isabelle et se rendre compte de son erreur?

Publicités

3 réactions sur “Sherry Thomas – La Trilogie FitzHugh Tome 2 : Elle, et aucune autre

  1. Je viens du blog de Cess où j’ai cliqué sur ta réponse à mon commentaire et je découvre donc ton blog. Et déjà quelques livres (dont celui-ci) sont venus s’ajouter à ma PAL, est-ce bien raisonnable…A bientôt!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s