Récit d’une lecture commune (pas) ordinaire…

Ami lecteur, amie lectrice, tu ne devrais peut-être pas lire ce billet. Même que je me demande si j’aurais dû l’écrire. Mais dans un moment de folie, je décide donc de le publier.

Sur cette simple promesse :
Cess: Nous sommes réunies ce soir pour lire ensemble ce livre qui promet d’être une pépite
(admirez la forme quasi religieuse de cette assertion)
je me suis lancée dans l’aventure whatsappesquo-littéraire la plus folle que j’ai pu vivre à ce jour.
Car, souvenez-vous,  non seulement j’ai participé au challenge « oh my, cette couverture! », mais je me suis engagée à lire avec Cess les livres de sa sélection de la couverture la plus moche.
Et là, franchement, je ne m’attendais pas à lire pire que « le meilleur des deux mondes ». et bien si, ça existe.
Mais ce n’est pas tant de la lecture du chef d’oeuvre ci dessous qui sera l’objet de ma chronique, mais bien ce qui se passe pendant une lecture commune, appelée LC par toutes celles et ceux qui se la pètent – moi la première.
aladin-et-son-prince-charmant--dans-le-repaire-du-dragon-309368Oui, ce sont les coulisses de cette lecture que j’ai envie de graver dans le blog ; un souvenir qui à mon avis me fera rigoler encore pendant dix ans.

Il y a eu d’abord les 300 messages (au bas mot) avant même que la lecture ne débute. Sachant que le  livre fait 33 pages en tout, il y a déjà eu en moyenne 10 messages par page à lire (car oui le livre reste à lire, je vous le rappelle)

Jour de boulot pour moi, je découvre avec effarement lors de ma pause-café ces centaines de messages et j’ai bien failli recracher le dit café dans la seconde. Car je comprends enfin avec qui je vais faire cette lecture : 7 trolles  à couettes multicolores, à l’imagination fertile et aux gloussements contagieux.

troll4Il en va ainsi du titre de la discussion, qui changera 4 fois au cours de la lecture, commençant par « Aladin et son gros engin » (classe et finesse, c’est donc Cess!)(oui ça rime, et exprès en plus) pour finir par « Aladin craint du boudin » (la aussi la rime est riche, mais celle-là n’est pas de moi!).

Les trolles commencent par faire les effarouchées : « Encore un titre pas du tout gênant quand il s’affiche sur le téléphone… » ou des « Si mon mec voit le titre de cette conv sur mon tel je suis cuite » pour ensuite faire le listing de tous ces titres que ma pudeur naturelle ne me permet pas de répéter ici (mais il y a un mythique « Et Re-Thorne la » enfin moi je dis rien).

Puis les trolles entrent dans un brainstorming époustouflant sur la seule base de la couverture…  Car une question essentielle se pose : qu’y-a-t-il dans le livre ?! L’une voit la promesse d’un tapis volant aux coins à franges et à coquineries, l’autre une lampe à frotter de façon impie, la troisième se demande si le dragon va mettre le feu à une partie précieuse de l’anatomie de nos deux héros…
ce qui m’amène à vous dévoiler un peu de cette discussion :
Trolle 1: Je tripe toute seule depuis tout à l’heure à essayer d’imaginer les dialogues, du genre « oh oui, Aladin, frotte ma grosse lampe et tu verras ce qui va en sortir »… Vous avez une mauvaise influence sur moi, je crois !
Trolle 2: J’adore le « et tu vas voir ce qui va en sortir » ;))) A priori pas ce que tu crois! Des milliers des petits génies .. Des spermatogénies!
Ou encore:
Trolle 1: Ce serait dommage de pas finir la LC…
Trolle 2:  C clair!!!! Tu raterais tt le passage avec le tapis branleur en plus!!
Trolle 3: Faut qu’on arrête avec le tapis branleur parce que la déception risque d’être insurmontable.
Et insurmontable fut la déception…

Certaines affichèrent une ambition dévorante, se proposant même de mailer l’auteur Alex Anders si besoin est, pour lui proposer des idées et même un titre novateur: Les chroniques du Tapis Branleur – tome 1 : Aladin et le Dragon Cochon.(*)
Et il n’y a pas eu encore une ligne de lue à ce moment là de notre conversation…

Mais brisons-là cher lecteur, chère lectrice…
je crois t’avoir dévoilé un peu trop de notre intimité trollienne! Saches juste que j’ai édulcoré largement cette journée de fou-rire intense, car nous avons été encore – et je paraphrase ici Pierre de Coubertin – plus vite, plus haut, plus fort !
Et je t’invite à lire l’article de Cess sur la lecture de ce chef d’oeuvre qu’est Aladin et le prince charmant pour en savoir plus…

(*) Pour info, Alex Anders a écrit entre autres : Engrossée par l’héritier du Sheikh ou encore Le grand garçon à sa maman

Publicités

6 réactions sur “Récit d’une lecture commune (pas) ordinaire…

  1. J’ai de nouveau eu le fou rire en lisant ton billet ! J’aime beaucoup cette image de trolles à coquettes 🙂

    Et en ce qui me concerne, le tapis branleur restera mythique !

  2. Toujours aussi hilarant, un billet cultissime pour une LC qui l’était tout autant 🙂
    Je crois que je m’en souviendrai encore dans des années
    Punaise, Les chroniques du Tapis Branleur – tome 1 : Aladin et le Dragon Cochon, ça aurait été juste parfait !!!

  3. Aaaaah je comprends mieux pourquoi Cess m’a envoyée chez toi… Aladin et le tapis branleur, ça c’est du titre qui envoie du steak… !
    Encore merci, ces retours sont une bonne tranche de bonne humeur en soi.

  4. J’adooooore ton billet avec les « coulisses » de cette LC qui était effectivement mythique :))
    J’ai beaucoup ri et j’en ris encore 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s