Porn Star – Laurelin Paige et Sierra Simone

O-swxWl3fP4Vous le savez, parfois j’aime sortir un peu de ma zone de confort, pourvu qu’il y ait une HEA *… Et c’est ce que j’ai fait en lisant ce livre. Le sujet était intriguant : comment une star du porno peut-il vivre une histoire d’amour avec une collègue?
Je savais que j’allais avoir des scènes crues, du sexe ébouriffant, mais je ne m’attendais pas à ce livre.
Parce qu’il y a déjà deux personnages principaux qui sortent de l’ordinaire : Logan, homme star du porno acteur, mais aussi metteur en scène et réalisateur, et qui est « un gros caramel mou » à l’intérieur, ce qu’il essaye de cacher; et Devi, fille bien dans son corps, éduquée par des parents plus hippies tu meurs, qui commence à faire son chemin dans le porno lesbien.
Ils partagent la même vision de leur métier : un métier hors norme, qu’ils voudraient totalement propre [consentements éclairés des participant(e)s, conditions de travail sérieuses et protégées, respect de la femme…] voire artistique.Ils ont partagé une scène ensemble il y a trois ans, et ne peuvent s’empêcher de penser l’un à l’autre, et de fantasmer l’un sur l’autre.
Logan se remet difficilement d’une rupture amoureuse avec une autre star du porno qui l’a plaqué du jour au lendemain sans explication. Il recroise le chemin de Devi, et complétement perdu devant l’attirance qui existe entre eux, lui propose de travailler ensemble sur un projet de son inspiration : une fausse télé-réalité ou deux personnes se rencontrent, se séduisent, et font (beaucoup) l’amour. Évidemment, la frontière est plus que floue entre son désir réel et ce travail qu’ils commencent ensemble.. Pour tomber raide dingues de l’autre.
Il y a des choses intéressantes dans ce livre; les personnages sont bien campés, sensibles et intelligents. On a un survol de ce que peut être cette industrie, les bons comme les mauvais côtés. Les questions posées peuvent sembler bateau ( la relation au corps, au sexe, peut-on être amoureux et désirer/coucher avec d’autres, quid de la vie d’une porn star quand elle tombe amoureuse, de son travail?) mais les réponses apportées sont sensibles et bien argumentées.
Et  avec les très nombreuses (bonnes) scènes de sexe, il y a de l’amour fou, de la tendresse, du questionnement existentiel, une HEA* peut-être attendue mais qui ne fait pas (trop) dans l’angélisme…
Pour résumer, j’ai bien aimé, j’ai accroché à l’histoire et aux personnages, et c’est pas mal écrit, contente de ma lecture du coup :).

*HEA : « happily ever after », qu’on pourrait traduire par et ils « vécurent heureux pour toujours » 😀

Publicités

Rokesbys [01] Because of Miss Bridgerton – Julia Quinn.

25657772 Comment lutter contre le plaisir d’un Julia Quinn? Parce que même un moins bon Julia Quinn c’est déjà un plaisir fou à lire. Mais quand le Julia Quinn est bon, vraiment, bon, excellent, là il n’y a plus photo…. Et c’est le cas de cet opus, qui m’a fait sourire, rire, couiner, bref qui a tous les ingrédients pour être un moment de lecture exceptionnel.

On est en 1779, et l’on rencontre la jeune Sybilla Bridgerton, Billie pour les intimes, 23 ans, garçon manqué, et accessoirement la future tante de tous les Bridgerton que nous avons tant aimé. Et ma foi elle est en très mauvaise posture, sur le toit d’une ferme abandonnée, dans la forêt, la cheville foulée, tout cela pour avoir voulu secourir un chat, alors qu’elle n’aime pas les chats… Et qui vient vers elle, lui laissant espérer le secours tant attendu? George Rokesby, le fils du comte voisin, son ennemi juré, celui avec qui elle se s’entend pas depuis l’enfance…
Car les Bridgertons et les Rokesbys sont les meilleurs amis du monde, se fréquentent assidument sans manières, et les enfants ont été élevés pratiquement ensemble, sauf pour George, plus âgé, qui n’a guère partagé leurs jeux.Fragonard_Confession_of_Love
De ce sauvetage à l’amour, il n’y a pas qu’un seul pas entre ces deux là, mais un trouble qui s’installe, une esquisse de sentiments, un rejet permanent de ce qui se passe, trop ahuris que cela se passe justement… Il y a les escarmouches verbales, les piques lancées, les regards en coin, l’observation méfiante…

Il y a Billie, forte personnalité, toute en explosivité, qui a endossé le rôle de premier-né au point de diriger le domaine de son père, qui découvre sa féminité latente avec surprise et appréhension, et George, le sérieux, le réservé, qui ne sait plus où donner de la tête quand il se rend compte que ce garçon manqué qu’il réprouve l’attire irrépressiblement…

Et puis il y a les rires, les frères, les sœurs, encore deux fratries très bien décrites et aimantes; il y a les mères, formidables personnages avec qui il faut compter pour le meilleur, une repas de famille intense, une partie de 27835258croquet redoutable, la vie…

Et moi qui ne cesse de me régaler, qui pense à Fragonard et à son œuvre, au marivaudage, au délices d’une lecture légère, brillante et qui ne manque pourtant pas de profondeur… Et qui découvre sur Goodreads cette alternative de la couverture, et se dit qu’effectivement, Fragonard n’est pas si loin que ça!

Bref, j’ai totalement adoré, je rêve de rencontrer Edward Rokesby, le soldat qui se bat aux colonies, de retrouver Andrew Rokesby, le frère facétieux qui fait carrière dans la Marine, de voir grandir les plus jeunes pour faire leur connaissance…

Vivement la suite!