Tellement vrai!

BodyShop_ruby_centrespread_nodeimage bodyshop-01-751126

Publicités

Japon, mon amour… suite

350x401-cTravail magnifique de Cali Rezo,Tremblements, (Peinture numérique – autoportrait)
Projet Tsunami, pour aider le Japon avec son crayon. Ce projet reversera tous les bénéfices à Give2Asia. Projet à l’initiative de CFSL.net ; informations : « Tsunami, des images pour le Japon« 

 Je vous engage vivement à aller voir les illustrations qui sont en ligne et à acheter le livre qui sera tiré de cette initiative.

 J’ai fait une pause blogeste. De mon dernier article, vous avez du déduire que j’étais particulièrement touchée par ce qui se passait au Japon. J’attendais que la situation s’améliore…

J’attends encore. Tandis qu’à Fukushima on se bat encore, dans certains  journaux en ligne français, on ne parle de cette centrale (et de celle d’Onagawa) qu’après la question cruciale – s’il en est ! –  de savoir s’il faut encore faire un régime. Cyniquement, j’aurais tendance à penser que  ces centrales n’ont peut-être pas sauté assez vite…

Plus assez de morts, coco. Pour le sang à la une, changeons de région, le Moyen-Orient est super porteur cette semaine…

Attention, personnellement je ne hiérarchise pas une souffrance à une autre. Quoique ; la souffrance des demoiselles trois kilos à perdre devant leur assiette de haricots verts vapeur me laisse… indifférente.

 Je me suis aussi rendue compte que je m’étais éloignée d’un de mes sujets d’exploration favori, même si je n’y ai pas encore mis les pieds. Loin des yeux, loin du coeur. et des regrets. J’ai négligé un premier amour…

Parfois je me dis qu’on ne va pas au Japon. On « entre en » Japon comme on « entre en » religion. Pour un occidental, je pense qu’il est impossible de comprendre totalement  ce pays et les gens qui l’habitent. Ça demande un sacré lâcher-prise que de vouloir côtoyer cette culture ; pas les mêmes repères, pas les mêmes reflexes.

Ils naissent avec l’idée du « Big One », vivent avec, supporte les conséquences de ce qui vient d’arriver avec stoïcisme, dignes, toujours si dignes, et pudiques. Ils retroussent les manches, continuent à aller bosser, à mener une vie on ne peut plus quotidienne. Le quotidien comme moyen de résistance à l’incontrôlable et à la dévastation. Ici on ne comprend pas. On s’interroge sur notre incapacité à comprendre ce ressort chez les japonais. Ce n’est tellement pas « nous », c’est tellement « eux ». Finalement, c’est en face de ces catastrophes qu’on appréhende le mieux ce qui est le fossé entre Occident et Japon. Et pourtant, nous sommes, de part et d’autre, prompts à dresser des ponts au dessus de ce fossé, tels des aimants à pôles opposés qui ne peuvent que s’attirer.

 J’ai remis mes pas dans ceux que j’avais déjà laissés sur le chemin qui me mène irrésistiblement vers ce pays. Relus quelques trucs, revus quelques trucs…  abordé des nouveautés, comme je vais vous en reparler d’ici peu…

Et retrouvé cet amour d’antan, mystérieux et fascinant… C’est chouette de pouvoir retomber amoureuse du Japon une nouvelle fois.

Japon, mon amour…

japonIl m’est particulièrement difficile en se moment de regarder les actualités.

Je n’ai rien envie de savoir de plus.

Je ne réaliserai jamais mon rêve en allant au Japon. Ce japon n’est plus désormais.

C’était bien sûr un japon fantasmé.

Celui de l’esthétisme, du rapport à la nature, à l’art si délicat et si intense, ce sens du beau qui va jusque dans l’assiette, cette quête du sens qui va jusque dans les jardins. Celui des anime et de la hifi et des raves sur fond de Fuji-Yama. Celui des manga et des estampes, celui des haïku et de Goldorak.

Celui que je pensais enfin aller rencontrer en 2013, pour fêter hanami l’année de mes 40 ans (puisque tout le monde me dit de mettre de côté les sous que je ne dépense plus en cigarettes). Aller pique-niquer sous une pluie de pétales de fleurs, j’en rêve depuis plus de 20 ans.

Je me dis que la nation qui a surmonté Hiroshima et Nagasaki devrait s’en sortir. Mouais. Pas convaincant pour deux sous. A l’heure actuelle, des hommes sont en train d’essayer de faire en sorte qu’une centrale ne leur pète pas à la figure. Il est fort à parier qu’ils le font en sachant qu’ils se condamnent  en même temps. La terre tremble, la planète change d’axe. Et au milieu de tout ça, autant d’individus qui doivent survivre à ce traumatisme. C’est à l’autre bout du monde. Ça pourrait être chez nous. Ce n’est pas maintenant, où tout se passe, qu’on peut savoir ce qu’il adviendra de ce pays à la fois ouvert et très secret, fascinant parce que jamais totalement compréhensible pour un non japonais.

Et puis je pense à elles. Mes deux correspondantes avec qui j’ai eu tant de plaisir à partager, mais que j’ai perdues de vue parce que comme tout le monde, je me laisse happer par le quotidien. Je leur ai envoyé un mail.

Le tien Yuki est revenu avec la mention « cette adresse internet n’existe plus ». Je n’ai pas d’autre moyen de te contacter.

Le tien Tomoko est visiblement arrivé je ne sais où. Je me souviens de notre rencontre à Paris. Ton voyage de noces.  Tu avais pris une soirée pour me rencontrer. Ton mari si charmant. Tes parents qui m’avaient impressionnés ; les regards attendri sur mon loulou qui tétait et qui faisait du charme à ta maman et ta belle-mère, ravi de récolter tous les « kawaï » qui lui étaient adressés. Je me souviens de mon émotion quand j’ai vu la photo de ta fille, toi qui pensais que tu n’aurais pas de bébé. J’imagine le pire, j’espère le meilleur.

Et je ne sais pas comment conclure ce post…

CétoulafotàCécile!

Cécile http://les-lectures-de-cecile.over-blog.com me titille pour que je crée mon propre blog… Une aventure pas encore tentée, alors pourquoi pas?

A la base de tout, K. ma soeur de coeur, qui me dit « Il faut absolument que tu vois ça! »
Euh… Une série sur les vampires? Mais j’aime pas le surnaturel…
Et me voici devant « True Blood »… Et j’ac-croc-he :p.
après le visionnage de la série, je vais donc à la librairie et je prends tous les tomes!

Une fois lecture faite, je me dis qu’il faut pas mourir idiote, et que le surnaturel ça peut être sympa, et qu’après ma période science-fiction, puis John Irving, puis romans japonais, puis policiers historiques, puis Jane Austen, je peux aller explorer ce genre de littérature.

Et là on en revient à Cécile 🙂
Dont j’apprécie le blog +++. Elle est très drôle, sait parler avec passion de ses lectures, et aime le surnaturel (entre autres), ça tombe bien!

Merci Cécile, merci K 🙂