Lost Lords of Pembrook [03] Lord of Wicked Intentions – Lorraine Heath

lord_of_wicked_intentions_by_lorraine_heath_0062093576Cela faisait un moment que je n’avais pas eu de coup de cœur pour un livre. Du coup je n’avais pas envie de bloguer. Mais Lorraine Heath a changé cela.
J’ai eu envie de lire ce troisième tome d’une trilogie et pas eu envie de lire les deux premiers. En ce moment, je suis capricieuse :). Sans rentrer dans les détails pour ne pas alourdir son récit, L. Heath en dit suffisamment pour qu’on puisse lire ce troisième opus en comprenant la trame de la trilogie.

Rafe Easton est le troisième lors perdu de Pembrook. A la mort de leur père, les trois enfants du comte de Keswick sont séquestrés par leur oncle qui a l’intention de les tuer pour hériter du comté. Ils réussissent à s’enfuir et se retrouvent dans une workhouse, ces terribles maisons de pauvres surpeuplées, crasseuses, où il faut travailler de façon exténuante tout en étant sous-alimenté. Les deux grands frères décident de poursuivre leur route, laissent derrière Rafe, age de dix ans, persuadés qu’il sera correctement traité. Ils se donnent rendez-vous dans dix ans…
10 ans plus tard, Rafe attends toute la nuit… Et ses frères n’arrivent pas.
C’est ainsi que s’ouvre le livre. Sur cette absence. Sur cette attente qui durera encore deux ans.
On sait très vite que l’aîné a été réinvestit dans ses droits, que l’oncle est décédé, et que les deux grands frères sont heureusement mariés. Ils ne veulent qu’une chose, se rapprocher de ce petit frère laissé en arrière.
Mais Rafe s’est blindé, ayant vécu sa jeunesse dans les bas-fonds de Londres, survivant en se mêlant à la pègre jusqu’à ce qu’il devienne le propriétaire d’une maison de jeu fréquentée par le beau monde, et grâce à son intelligence, un homme incroyable riche.

Evelyn Chambers est la fille illégitime mais bien aimée du comte de Wortham, qui meurt de maladie. Sur son lit de mort, il fait promette à Geoffrey, son fils légitime, plus vieux qu’Evelyn, de veiller sur elle., de pourvoir à ses besoins. Geoffrey promet… qu’elle aura ce qu’elle mérite.
Criblé de dettes, haineux envers cette sœur qu’on lui a toujours préféré, il décide de mettre la virginité de sa sœur aux enchères ,et d’en fait une courtisane malgré elle.
Naïve, surprotégée, Evelyn pense qu’il veut la marier à un de ses pairs.

C’est ainsi que Rafe croise le chemin d’Evelyn. Le nouveau lord Wortham lui doit de l’argent, beaucoup d’argent. Il veut lui démontrer qu’il pourra le rembourser et l’invite aux enchères ; Rafe est subjugué par Evelyn, même s’il ne se l’avoue pas, et la sauve de cette sordide soirée.
Evelyn ne sait pas qu’elle sort on lui réserve lorsque son frère l’emmène chez Rafe le lendemain : épouse ? Gouvernante ?
Elle découvre avec horreur que son rôle sera celui d’une maîtresse, à laquelle Rafe pose des limites bien précises : pas d’embrassades, pas de contacts physiques autres que ceux initiés par Rafe, et surtout, surtout, pas de sentiments… En contrepartie, il lui promet richesse, vengeance contre son frère, liberté quand il sera lassé d’elle, et plaisir physique.
Elle obtient de lui de ne pas se retrouver tout de suite dans son lit, décide qu’elle sera une bonne maîtresse, et qu’elle ne se contentera pas d’une relation aussi vide et creuse que celle qu’il veut lui imposer…

Deux beaux personnages.
Rafe est terrifié par les sentiments, marqué de façon indélébile par son passé, traumatisé au point de ne plus supporter aucune entrave, persuadé que l’homme qu’il est devenu ne peut-être que quitté, renfermé, pragmatique au point d’en devenir cruel.
Evelyn est une enfant aimé et surprotégée, abruptement mis en face des conséquences de sa naissance hors mariage, à la réalité d’une vie qui ne sera pas celle dont elle rêvait naïvement, (mari-enfants-belle maison), qui se relève, se découvre, s’épanouit. Une personnalité pure et désintéressée, un physique à damner les dieux, elle ne pouvait que toucher, troubler Rafe et mettre à bas les murs qu’il a construit soigneusement autour de son cœur.
Leur relation est parfaitement explorée, exploitée, et passionnante à suivre. Les personnages sont cohérents, bien construits. L’ histoire est solide. L’écriture est maîtrisée, avec une vraie sensibilité dans les sentiments et des très jolies scènes de sexe.
On apprécie de découvrir Rafe au fur et à mesure, et de voir Evelyn prendre sa destinée en main.

Bref, je me suis régalée.

Une photo, quelques mots

Voici ma première participation à l’atelier d’écriture proposé par Leiloona qui soumet une photo toutes les semaines à l’imagination de ses lecteurs.

photo© Romaric Cazaux

 Je te verse ton thé.
Tu reste songeuse… Mais je sais que tu va relever les yeux et me dire « Merci très cher ».
Ces quelques mots, tu les délivreras avec un sourire.
Nous sommes des gens de peu de mots.
Après une si longue existence, toute notre histoire est écrite sur nos visages.
Chaque ride est un chapitre d’une vie bien remplie.
Alors nous dégusterons le silence tout en partageant ces énormes parts de gâteau à la crème.
Comme tous les mercredis après-midi, nous nous sommes réfugiés au salon de thé.
Puis nous rentrerons.
Je te prendrais la main, tu la serreras un peu fort.
A la porte, nous nous séparerons.
Personne ne sait à la maison de retraite, nos familles ne sont pas au courant.
Nous nous sommes rencontrés. Nous aimons de nouveau.