Maeve Regan, T3, de Marika Gallman

Maeve Regan tome 3 La dent longue - Marika GallmanPrésentation de l’éditeur : Depuis que je sais qu’il y a un traître parmi nous, ma vie n’a plus rien de facile. Je dois recruter un max de vampires pour constituer ma propre armée afin de combattre celle de mon père, qui a toujours la ferme intention de me tuer pour me voler mes pouvoirs. Rien que ça. Mais c’est une excellente motivation pour parfaire mon apprentissage de la magie, puisque l’heure de la confrontation approche. Tout ça serait déjà bien assez compliqué sans y ajouter mon imbécile de frère, qui essaie de me mettre des bâtons dans les roues. Et le fantôme de mon ancien amant, qui me poursuit. Je crois que je suis en train de devenir folle.

Bon, je n’ai pas pu résister à mon « précieux »… Au diable le thé au lait et les petits écoliers !

Je me suis plongée dans ce tome 3 qui, je l’avais soupçonné, m’a littéralement dévorée. Impossible de le lâcher ! Et tellement difficile à chroniquer pour ne pas spoiler !

Donc, évidemment je l’ai adoré et j’en veux terriblement à l’auteur de ne pas avoir écrit la suite pour que je la lise là tout de suite (bon sang, encore deux tomes !).

Ce tome 3, c’est celui de la montée en puissance. Celle de Maeve, qui essaye d’apprendre à contrôler sa magie. Celle de son deuil. Celle de sa paranoïa (ou pas ?) dans sa recherche du traître. Celle de son armée. Celle de sa relation à Connor, son frère. Celle de la frustration du lecteur qui tourne les pages au plus vite :D.

C’est le tome des fausses-trappes, des mises en perspective, des coups de théâtre.

Bref, c’est rondement mené, habile, on s’attache encore plus à Maeve, fragilisée, tenace, chieuse et on attend le tome 4 en frémissant d’impatience !

Publicités

Mes confitures – Christine Ferber

41D2i7Pwr2L._SY300_Confiture d’orange sanguine selon la recette de Christine Ferber

1.200 kg environ d’oranges sanguines, soit 500g (50cl) de jus
750g de pommes granny smith
1 kg de sucre cristallisé + 200 g
750g (75 cl) d’eau + 200 g (20 cl)
2 oranges non traitées
Le jus d’un petit citron

Rincer les pommes à l’eau fraiche. Equeutez-les et coupez-les en quatre, sans les peler. Posez-les dans une bassine à confiture et couvrez-les de 750g d’eau. Portez à ébullition et laissez mijoter pendant 30 minutes à feu doux.les pommes seront alors tendres. Recueillez le jus en versant la préparation dans un chinois fin et en pressant légèrement les fruits avec le dos de l’écumoire. Puis filtrez une seconde fois ce jus à l’étamine préalablement mouillée et essorée, en laissant le jus s’écouler librement. Il est préférable de laisser reposer ce jus une nuit au frais.
Le lendemain pesez 500 g de jus obtenu en laissant dans la terrine le dépôt qui s’est formé durant la nuit, afin d’obtenir une confiture lumineuse.
Pressez les oranges sanguines. Pesez 500 g de jus et réservez les pépins dans une mousseline.
Rincez et brossez les deux oranges non traitées à l’eau fraiche et coupez-les en très fines rondelles. Dans une bassine à confiture, pochez ces rondelles avec 200 g de sucre et 200 g d’eau. Maintenez l’ébullition jusqu’à ce que les rondelles soient translucides. Ajoutez le jus de pomme, le jus d’orange, 1 kg de sucre, le jus de citron et les pépins dans la mousseline. Portez à ébullition en remuant délicatement. Ecumez, maintenez la cuisson à feu vif pendant dix minutes environ en remuant toujours. Ecumez encore s’il y a lieu. Retirez la mousseline de pépins. Redonnez un bouillon. Vérifiez la nappe. Mettez aussitôt votre confiture en pots et couvrez.

Comme le dit elle-même Christine Ferber, « une confiture est toujours une création ! »

Il n’y a rien de plus intangible, de plus précis, de moins prévisible que la confiture. Un paradoxe en soit. C’est surement pour cela que j’aime autant en faire ! Il se trouve aussi que l’un de mes agrumes préférés est l’orange sanguine. J’en raffole. D’où mon envie de garder les gouts de l’hiver pour cet été (et vice versa plus tard dans l’année !).

Les recettes de Christine Ferber sont déclinées selon les saisons. On commence par le printemps et ses fruits rouges, on continue avec l’été et ses fruits gorgés de soleil, et on fini par les confitures de noël qui font entendre les clochettes du traineau du Père Noël rien qu’à en lire les ingrédients !

Certaines de ces confitures portent des noms qui sont en soi de la poésie : « Confiture de Madame » (cerises blanches à la rose), « Nougabricot », « Confiture de vieux garçon à la myrtille des bois, à la framboise des jardins et au kirsch ».

Les recettes sont très bien expliquées, les ingrédients pas trop difficiles à trouver (à part les fameuses pommes des jardins, j’y reviendrai), les ustensiles trouvables. De la bonne vulgarisation d’un savoir-faire artisanal réputé dans le monde, Christine Ferber travaillant aussi pour de grandes tables.

Il faut pouvoir consacrer du temps à certaines recettes ; pas qu’elles soient longues à réaliser, mais Christine Ferber réalise parfois la cuisson sur 2 ou trois jours pour exhaler les saveurs du fruit.

Il reste l’obstacle de l’utilisation de la fameuse gelée de pommes vertes du jardin, base de pas mal de recettes de confitures de fruits à très peu de teneur de pectine. Déjà il faut avoir des pommes dans le jardin, ou dans mon cas, un jardin !confiture1 Je pense que faire de la gelée de pommes granny smith pourrait remplacer cet ingrédient (je vais tenter le coup une autre fois).

Alors me direz-vous, cette confiture d’oranges sanguine ? ! Et bien je l’ai « ratée », lol. Je l’ai faite trop cuire, elle s’est transformée en un délicieux confit qui file comme du caramel mou 🙂 . Le goût est délicieux quoique légèrement caramélisé. Bon, le premier pot file à une telle vitesse que je pense que c’est un ratage réussi !

Gelée d’agrumes, de jus de pomme et d’agar-agar

Shaiya_tutti-fruti_papier-madras600 ml d’agrumes divers (j’ai mélangé pomelos rose, mandarines et oranges sanguines)
400 ml de jus de pomme
4 gramme d’agar-agar

Presser les agrumes
Mettre dans une casserole
Ajouter le jus de pomme
Ajouter 4 grammes d’agar-agar
Porter à ébullition
Préparer des verres de 200 ml environ
Quand le liquide bout, verser dans les verres
Laisser reforidir à l’air libre, puis mettre au frigo pour finir la solidification

Jouer avec les enfants à « qu’est ce que j’ai mis dedans? »
Succès assuré!!!

J’ai eu l’idée de cette recette en me rendant compte qu’il me restait des agrumes pas utilisés depuis.. un moment.
Je ne voulais pas ajouter de sucre, j’ai donc eu l’idée lumineuse d’utiliser le vieux tour des industriels agro-alimentaires: sucrer par le biais du jus de pomme!
Idée sous-jacente : 20 cl de jus de fruit égalent 1 fruit.
C’était à la fois onctueux, acidulé et très frais.
Nous on l’a mangé avec un yaourt.
Adaptable avec tous les jus de fruits possibles et imaginable, le principe, c’est 4 grammes d’agar-agar par litre de liquide : éclatez-vous!

Mais c’est quoi l’agar-agar?514oroxPlKL._SL210_
Chaque printemps l’agar-agar rencontre un énorme succès au Japon : cette petite poudre blanche gonfle au contact de l’eau et permet de préparer rapidement des plats aux vertus rassasiantes et légèrement laxatives.
Chaque printemps les Japonaises soucieuses de leur ligne, adoptent cet ingrédient à l’apport calorique proche de zéro pour mincir sans subir la sensation de faim, purifier leur organisme, cuisiner vite et léger…
tiré de Agar agar : Secret minceur des Japonaises Par Clea
Mon dessert est largement inspiré par ce livre