Monica James – Addicted to sin

addictedtosinEncore une lecture à ne pas forcément mettre entre toutes les mains, le postulat de départ étant choquant, mais un récit rondement mené et agréable à lire.

Dixon Maxwells est psychiatre, spécialisé dans les addictions. Jeune (il a 32 ans), brillant, beau, il est bien engagé sur la voie de l’auto-destruction. Cynique, blasé, il lui arrive même de coucher avec certaines de ces patientes dans son bureau (ce qui est totalement abject).
Car le psy a une addiction : celle du sexe pour le sexe, sans attachement, sans sentiment. Il est à la dérive depuis un an : sa fiancée dont il était fou amoureux l’a plaqué pour un de ses meilleurs amis dont elle est enceinte, sa mère qu’il adorait est morte d’un cancer 6 mois plus tard, et son père a fait une terrible dépression nerveuse à la mort de son épouse, obligeant Dixon à le faire interner.
on rencontre Dixon a un tournant de sa vie : il rencontre au même moment la douce Madison, qu’il sauve d’un petit ami violent à la sortie d’un bar, et la sulfureuse Juliet, qui se présente à son cabinet pour traiter son addiction au sexe.
Il se retrouve à s’engager dans une relation avec Juliet, mais quand celle-ci s’essouffle très vite, Madison réapparait dans sa vie.
Alors qu’il se rend compte qu’elle pourrait bien être la femme de sa vie, le retour de bâton de cette année de dérive se présente, et Dixon se retrouve dans un sacré bourbier…

Première partie d’une histoire bien écrite, agréable à lire, avec des moments drôles, sympathiques, touchants, des scènes de sexe bien amenées, et un récit dont on se doute parfois d’un rebondissement mais où l’auteur s’amuse à brouiller les pistes, j’ai passé un bon moment de lecture.

Publicités

Julia Quinn – Smythe-Smith Quartet [01] – Just like heaven

9780061491900_p0_v2_s192x300Quel plaisir ce fut que de faire cette lecture toute douce, toute sucrée, une lecture coin de cheminée-thé-biscuits par excellence.

Si vous avez lu la saga de la famille Bridgerton (comment? ce n’est pas encore fait! Mais précipitez-vous que diable!), vous allez aussi aimer cette série où l’on retrouve inénarrable quartet de la famille Smythe-Smith.

présentation de l’éditeur  (traduction par ma pomme):
Honoria Smythe-Smith is:
A) a really bad violinist
B) still miffed at being nicknamed « Bug » as a child
C) not in love with her older brother’s best friend
D) all of the above
Marcus Holroyd is:
A) the Earl of Chatteris
B) regrettably prone to sprained ankles
C) not in love with his best friend’s younger sister
D) all of the above
Together they:
A) eat quite a bit of chocolate cake
B) survive a deadly fever and the world’s worst musical performance
C) fall quite desperately in love
It’s Julia Quinn at her best, so you know the answer is …
D) all of the above

Honoria Smythe-Smith est:
A) vraiment une mauvaise violoniste
B) toujours vexée d’avoir été surnommée « la punaise » étant enfant
C) absolument pas amoureuse du meilleur ami de son grand frère
D) toutes les réponses
Marcus Holroyd est:
A) le comte de Chatteris
B) malheureusement enclin à se fouler la cheville
C) absolument amoureux de la plus jeune sœur de son meilleur ami
D) toutes les réponses
Ensembles ils vont:
A) manger du gâteau au chocolat
B) survivre à une fièvre mortelle et à la pire performance musicale du monde
C) tomber follement amoureux

C’est Julia Quinn à son meilleur, donc vous savez que la réponse est…
D) toute les réponses

C’est une charmante histoire, celle de deux personnes qui se sont pratiquement connus toute leur vie sans jamais se rendre compte qu’ils étaient faits l’un pour l’autre.
Marcus rencontre Honoria alors qu’il a douze ans et qu’elle en a six, alors qu’il passe ses premières vacances dans la joyeuse tribu des Smythe-Smith. C’est la petite sœur collante par excellence, qui veut suivre son grand frère Daniel partout et faire tout ce qu’il fait. Marcus est ce jeune garçon taciturne et pataud, qui a toujours vécu dans une grande solitude et dont la timidité l’empêche de vraiment se libérer dans cette famille réconfortante et pleine de vie.Daniel, suite à sa particcipation dans un duel qui tourne mal, s’enfuit sur le continent en laissant sa mère et sa sœur de dix-neuf ans derrière lui, arrachant à Marcus cette promesse : que sa sœur n’épouse pas un idiot.
Trois ans plus tard, Honoria se désespère : elle va bientôt entamer sa troisième saison et n’a toujours pas eu de proposition de mariage. Elle rêve pourtant d’enfin épouser un homme qu’elle aimerait et fonder une famille aussi bruyante, exubérante et chaleureuse que celle dans laquelle elle a grandi.
Durant ces saisons, elle croise souvent Marcus, qui l’observe d’un air réprobateur, sans qu’elle sache ce qui a pu lui déplaire.
Lors d’une partie de campagne orchestrée par ma mère d’une amie, dont la famille sont les voisins directs de Marcus, elle imagine un stratagème pour attirer le regard d’un des jeunes gens qui y participe : elle creuse un trou sur le chemin pour simuler une entorse… mais la cheville qui sera foulée ne sera pas celle que l’on pense.
Ce que j’ai vraiment apprécié dans ce livre, c’est qu’on est en présence de personnages plus « quotidiens » : les deux héros partagent la même gourmandise, lui est timide, elle est pleine de vie. Ils se rendent compte qu’ils s’aiment par petites touches.
Et puis il y a le troisième héro de l’histoire : le quartet, institution familiale des Smythe-Smith, qui régale tous les ans pendant la saison la haute société par un récital toujours plus calamiteux. C’est l’occasion pour Julia Quinn de développer une vision savoureuse des relations intra-familiales, faite d’amour et d’humour.
Un livre à lire pour se faire du bien : de la légèreté, de l’humour, du romantisme… Le tout très réussi!